La compagnie LE REGARD DU LOUP a présenté du 12 au 15 janvier 2011 au Théâtre Berthelot à Montreuil, « La douce Léna », un texte de Catherine Benhamou d’après une œuvre de Gertrude Stein.
le spectacle a donné lieu à une action artistique et culturelle auprès d'associations qui donnent des cours de français et auprès de l'atelier mémoire de la Maison de quartier Lounès Matoub – Centre social du Bas-Montreuil.
4 groupes de femmes et d'hommes ont été invités au spectacle et ont participé à des ateliers
«Oralité-Écriture». La Lecture Mise en voix des textes produits a eu lieu le samedi 9 avril 2011.
Un recueil est en cours d'impression et sera remis aux participants.

Création, parole et identité
Notre spectacle "La douce Léna" met en scène une jeune fille qui n'a pas la parole et qui en meurt. Elle ne l'a pas parce qu'on ne la lui donne pas et qu'elle ne la prend pas. Elle perd ainsi son goût à la vie et finalement son identité.
Nous avons mené ces ateliers intitulés « oralité-écriture » avec trois groupes de femmes et d’hommes qui apprennent le français : eux non plus n'ont pas la parole. Certains sont arrivés en France récemment mais d'autres y sont depuis longtemps. Leurs difficultés sont de différente nature mais pour tous il y a un manque de confiance, une peur de s'exprimer et d'affirmer son identité propre.
A partir de la vision du spectacle, nous leur avons demandé de s'exprimer sur différents sujets, nous avons transcrit leurs mots avec comme objectif la prise de parole de chacun devant un public.
Ceux qui ont pu assister à la restitution des ateliers ont ressenti, comme nous, une réelle émotion à les voir et à les entendre dire leurs propres textes.
Nous avons associé à ce projet un quatrième groupe composé de participantes de l’atelier mémoire, atelier régulier de La Maison Lounès Matoub qui s’adresse aux personnes âgées mais pas seulement. Le spectacle a fait l’objet de discussions et de prolongements par la lecture de la pièce et les propositions d’écriture. L’expression écrite et orale a également favorisé dans ce groupe la confiance en soi et en ses capacités créatrices, sans compter la valeur d’échange et l’intérêt manifesté pour les autres groupes.

Nous remercions tous les participants d'avoir joué le jeu et d'avoir été jusqu'au bout en surmontant leurs difficultés et leur appréhension.
La conquête de la parole passe par là.


Catherine Benhamou et Ghislaine Beaudout

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire